TENS

1786 Luigi Galvani stimule le nerf et le muscle des grenouilles avec des décharges électriques. Il utilise alors le courant continu constant (ou courant galvanique).
1833 Duchenne utilise le courant alternatif et oriente ses travaux dans deux dimensions : la thérapie par électrostimulation et l’électrodiagnostic.
1907 Bordet retient que l’accomodabilité est l’élément interprétatif fondamental de la dégénérescence nerveuse.
1951 G. Bourguignon, qui travaille depuis 1921 sur la chronaxie, précise la loi de répartition des différentes chronaxies des muscles squelettiques de l’homme. Tandis que L. Delherm, H. Fischgold et R. Angammare proposent une définition générale et complète de l’électrodiagnostic.
TENS
Mode

 

Conventionnel

 

Acupuncture

 

Mécanisme d’action Primauté de la modulation segmentaire (théorie du portillon) Modulation segmentaire et extrasegmentaire (libération des endorphines)
Intensité Ressentir des paresthésies (vibrations, engourdissements, picotements…) les plus élevées possible, mais sans inconfort Ressentir des paresthésies les plus élevées possible au seuil de l’inconfort (accompagnées de contractions idéalement)
Largeur d’impulsion < 100 μs

Pour recruter en priorité les fibres afférentes de gros calibre

> 200 μs

Pour minimiser le courant requis afin de recruter les fibres nerveuses

Fréquence > 80 Hz

Maximise la quantité d’information sensitive atteignant la moelle pour mieux « fermer la porte » aux stimuli nociceptifs

< 10 Hz

Afin d’éviter les contractions musculaires tétaniques soutenues durant le traitement

Modulation Permet de minimiser l’accoutumance présente avec les fréquences élevées et donc de ne pas avoir à ajuster l’intensité aussi souvent durant le traitement Peu utile, car l’accoutumance survient plus lentement avec les basses fréquences.

Le mode burst pourrait permettre de tolérer une plus grande intensité au seuil d’inconfort

Durée d’application Selon la durée d’analgésie souhaitée > 20 min

Pour activer les endorphines

Site de stimulation Directement au site douloureux

En cas de problème de sensibilité ou de contre-indication à une application locale : en proximal sur le trajet nerveux, au niveau du segment rachidien correspondant ou au site « miroir » sur le membre controlatéral

Directement au site douloureux ou à distance vu l’effet systémique des endorphines

Avantageux en cas de problème de sensibilité, de contre-indication locale, de douleur diffuse ou dispersée à plusieurs sites

Région soulagée Territoire stimulé Généralisée
Durée de l’effet Temporaire avec effet maximal pendant l’application Prolongée avec effet persistant après l’application
Dose Au besoin quotidiennement Au besoin quotidiennement

Adapté de Larochelle, JL. La stimulation électrique : au service de la population dans la lutte contre la douleur. PHYSIO-QUÉBEC | Printemps / Été 2017 | N°1 | Volume 44| Pages 14-17, https://oppq.qc.ca/wp-content/uploads/Physio-Quebec_Printemps-Ete_2017_VFR.pdf (Consulté le 13 août 2019).

Gracieuseté de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ)

Dès que la douleur est un problème significatif, l’électroantalgie devrait être envisagée, particulièrement avec le TENS. Le manque de preuves scientifiques sur son efficacité dans certaines situations ne devrait pas servir de prétexte pour ne pas l’utiliser. En fait, comme le TENS a un effet perceptible immédiatement pendant et après l’application et qu’il est simple et sécuritaire d’utilisation lorsqu’appliqué par un professionnel compétent, les bénéfices escomptés l’emporteront grandement sur les risques potentiels dans la majorité des cas.

Paramètres recommandés

Mode d’application
  • Le choix du mode (classique ou acupuncture) se fait selon le type de douleur et le soulagement désiré.
  • En cas d’échec d’un mode, il est pertinent d’essayer l’autre étant donné les mécanismes d’action différents.
Approche multimodale intégrée
  • Le TENS est utile pour soulager la douleur le temps d’implanter et d’obtenir les effets des interventions complémentaires.
  • Ne pas combiner avec des modalités nuisibles à son efficacité (p. ex. : la sensibilité cutanée est altérée après l’application de glace ou de chaleur).
  • Éviter d’utiliser pour dupliquer l’action d’autres interventions (p. ex. : prioriser l’exercice aérobique au TENS acupuncture pour libérer les opiacés).
Promotion de l’autosoin
  • Le TENS à domicile permet de mieux gérer sa douleur, d’adhérer aux soins et d’optimiser les interventions en clinique.
  • Le professionnel de la physiothérapie est la référence pour conseiller les patients et les autres professionnels quant au modèle d’appareil à acheter et aux paramètres d’utilisation.
  • Il existe des services de location de TENS offerts par des professionnels de la physiothérapie.

Évidences détaillées

Les preuves scientifiques permettant de guider nos décisions sur l’utilisation du TENS sont généralement limitées étant donnée la qualité discutable des études sur le sujet. Ainsi, l’on observe des preuves faibles que le TENS serait efficace pour soulager la douleur chez les clientèles souffrant de gonarthrose, de sclérose en plaques, de troubles de la coiffe des rotateurs ou de traumatismes aigus (fracture, entorse) (10-13). En général, le soulagement apporté est cliniquement important (> 20 % sur les échelles de douleur), accompagné de gains fonctionnels et équivalents, peu importe le mode utilisé (10,11,14). Cela se traduirait d’ailleurs par un impact positif sur la consommation de médicaments (niveau de preuve faible). Entre autres, le TENS permettrait de réduire du tiers la consommation moyenne d’opioïdes en contexte postopératoire aigu (p. ex. : cholécystectomie, arthroplastie, discoïdectomie, etc.) (15).

Bien qu’aucune revue systématique ne conclue à l’absence d’efficacité du TENS, son efficacité demeure controversée pour plusieurs pathologies, dont les affections chroniques au rachis cervical ou lombaire (14,16), l’arthrite inflammatoire (17) et les cancers (18). Il faut aussi mentionner que lorsque le TENS est combiné comme adjuvant à d’autres modalités thérapeutiques (p. ex. : exercices, thérapie manuelle), il n’entraîne généralement pas de bénéfices additionnels importants (12,16).

Adapté de Larochelle, JL. La stimulation électrique : au service de la population dans la lutte contre la douleur. PHYSIO-QUÉBEC | Printemps / Été 2017 | N°1 | Volume 44| Pages 14-17, https://oppq.qc.ca/wp-content/uploads/Physio-Quebec_Printemps-Ete_2017_VFR.pdf (Consulté le 13 août 2019).

Gracieuseté de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ)

Références

10.  Johnson, M.I., C.A. Paley, T.E. Howe et K.A. Sluka. “Transcutaneous electrical nerve stimulation for acute pain,” Cochrane Database of Systematic Reviews , 2015, no 6. 

11. Rutjes, A.W.S., E. Nüesch, R. Sterchi et coll. “Transcutaneous electrostimulation for osteoarthritis of the knee,” Cochrane Database of Systematic Reviews , 2009 no 4.

12. Page, M.J., S. Green, M.A. Mrocki et coll. “Electrotherapy modalities for rotator cuff disease,” Cochrane Database of Systematic Reviews , 2016, no 6. [onlinelibrary.wiley. com/doi/10.1002/14651858.CD012225/abstract].

13. Sawant, A., K. Dadurka, T. Overend, M. Kremenchutzky. “Systematic review of efficacy of TENS for management of central pain in people with multiple sclerosis,” Mult Scler Relat Disord , 2015, vol. 4, no 3, p. 219-27. 

14. Khadilkar, A., D.O. Odebiyi, L. Brosseau et G.A. Wells. “Transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) versus placebo for chronic low-back pain,” Cochrane Database of Systematic Reviews , 2008, no 4.

15. Bjordal, J.M., M.I. Johnson et A.E. Ljunggreen. “Transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) can reduce postoperative analgesic consumption. A meta-analysis with assessment of optimal treatment parameters for postoperative pain,” Eur J Pain , 2003, vol 7, no 2.

16. Kroeling, P., A. Gross, N. Graham et coll. “Electrotherapy for neck pain,” Cochrane Database of Systematic Reviews , 2013, no 8. 

17. Brosseau, L., K.A. Yonge, V. Welch et coll. “Transcutaneous electrical nerve stimulation (TENS) for the treatment of rheumatoid arthritis in the hand,” Cochrane Database of Systematic Reviews, 2003, no 2. 

18. Hurlow, A., M.I. Bennett, K.A. Robb, M.I. Johnson, K.H. Simpson et S.G. Oxberry. “Transcutaneous electric nerve stimulation (TENS) for cancer pain in adults,” Cochrane Database of Systematic Reviews , 2012, no 3.

Archives (accès restreint)

Contre-indications Explications Sources
1. Cardiopathie Contre-indication locale

Risque que le coeur ait du mal à compenser la demande métabolique élevée.

1
2. Épilepsie Contre-indication locale au niveau de la tête et du cou. Précaution au niveau du tronc et des membres.

La stimulation électrique pourrait déclencher une crise d’épilepsie.

1
3. Grossesse Contre-indication locale

Risque d’affecter le développement et la croissance du foetus.

Risque de déclencher des contractions utérines précoces

Absence de connaissance des effets de la modalité dans la région périnéale pendant la grossesse

1
4. Hémorragie (ou risque) Contre-indication locale

Risque de favoriser le saignement

1
5. Infection Contre-indication locale

L’infection risque de s’étendre

1
6. Malignité/ néoplasie Contre-indication locale

Risque de dissémination des métastases. Risque d’augmentation de la croissance tumorale. Le cancer (ou suspicion de cancer) est une contre-indication locale aux courants électrothérapeutiques donc on peut l’utiliser à distance du site affecté. En cas de métastases, le TENS devient une contre-indication générale. Chez les patients qui ont déjà eu un cancer, on recommande d’attendre 5 ans de rémission pour recommencer l’usage de la modalité au site qui était affecté. Par ailleurs, dans certaines conditions (ex.: soins palliatifs), dans une décision interdisciplinaire on peut utiliser la modalité chez des patients cancéreux en fin de vie.

1
7. Peau endommagée ou à risque Contre-indication locale

La résistance est diminuée, augmentant le risque de brûlure

1
8. Trouble cognitif ou de communication Augmentation du risque de blessure pour le patient. L’opinion, le jugement et le comportement du patient doivent être connus pour intervenir sécuritairement. 1
9. Trouble sensoriel Contre-indication locale

Risque que le patient ne sente pas adéquatement le courant, ce qui augmente les risques de brûlures ou d’irritation cutanée.

1
10. Tuberculose Contre-indication locale

L’infection risque de s’étendre

1
11. TVP/ thrombus/ embolie Le thrombus risquerait de se déplacer dans la circulation sanguine 1
12. Implant électronique Contre-indication locale

Risque d’interférence avec le fonctionnement normal de l’implant

1
13. Région cervicale ant./sinus carotidien Risque de stimulation du nerf vague, du nerf phrénique, des muscles pharyngiens ou des sinus carotidiens. 1
14. Organes reproducteurs Nécessite une formation spécialisée, les effets de la stimulation électrique sur la gamétogenèse ne sont pas connus. 1
15. Application transcrânienne Risque d’affecter la fonction cérébrale normale 1
16. Yeux Les risques de traiter cette partie du corps ne sont pas connus 1
Précautions Explications Sources
1. Maladie de la peau La résistance est diminuée, augmentant le risque de brûlure 1
2. Plaque épiphysaire active Risque de nuire à la croissance osseuse 1
3. Tissu adipeux en abondance Risque que le courant ne parvienne pas au tissu cible (muscle), car le tissu adipeux augmente l’impédance électrique, ce qui limite la pénétration du courant. 2
4. Trouble circulatoire La stimulation augmente la demande métabolique et la demande peut donc excéder l’apport en oxygène, augmentant ainsi la douleur. Peut même mener à ischémie ou nécrose des tissus. 1
5. Poitrine, coeur et région abdominale basse Risque d’affecter la fonction cardiaque normale 1
  1. Houghton, P. E., Nussbaum, E.L., Hoens, A.L. (2010). Contraindications and Precautions: An Evidence-Based Approach to Clinical Decision Making in Physical Therapy. Physiotherapy Canada, 62(5), 1-80.
  2. Fortier, C. «Diabète: la pointe de l’iceberg» Journée thématique de la formation continue 2008 Les conditions associées: un risque à calculer. Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec. (16 mai 2008, Québec) P. 31

Aide mémoire au patient version PDF: prescription du TENS à domicile